2010.6 Journal du Textile

2010 JUNE Journal du Textile

2010 JUNE Journal du Textile

2010 JUNE Journal du Textile

2010 JUNE Journal du Textile

Le Palais Royal cultive la mode en son jardin

C’est lieu presque confidentiel continue d’attirer de nouvelles enseignes, comme la créatrice Sophie Hong.

C’est dernière arrivée, La créatrice taïwanaise Sophie Hong s’est installée dans les jardins du Palais-Royal le 17 mai dernier. Le 29 septembre précédent, Journal Standard Luxe, un multispécialiste japonais très haut de gamme, avait pris possession de trois arcades à deux pas de là. Dans les deux cas, il s’agit de premières ouvertures en France.

Et, pour les deux responsable des boutiques, ce choix allait de soi. « Sophie Hong aime le côté fermé et secret de ce lieu. », note la première, tandis que la seconde met en avant « le calme et la beauté de cet endroit, avec le jardin en face qui correspond bien aux produits que nous vendons ».

Au-delà du caractère relativement confidentiel, ce sont les dimensions artistique et artisanale du Palais-Royal qui attirent. Les gantiers Fabre ou Mary Beyer, les parfumeur Serge Lutens ou le chausseur Pierre Hardy trouvent là l’écrin à l’excellence de leur métier, C’est également le cas de Sophie Hong, spécialiste de la soie, qui défile à New York. Elle applique jusqu’à 14 teinture naturelles sur ses modèles réversibles, peint elle-même à la main certaines pièces, toujours fabriquées en petites quantités de manière artisanale. « Elle dit non à un client quand elle n’a plus de métrage ou de teinture disponibles », souligne la responsable, ravie d’être là. Même discours chez Journal Standard Luxe, où l’on assure qu’il n’existe « que deux ou trois exemplaires de chaque pièce dans le monde » et seulement « 4 magasins », les autres étant au Japon. Une rareté qui semble justifier des prix élevés.